MESSAGE POUR LE DEEPAVALI 2019
Chers amis hindous,
Alors que vous vous apprêtez, ce 27 octobre 2019, à célébrer le Deepavali, le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux vous adresse ses meilleurs vœux. Puisse cette fête des lumières illuminer vos cœurs et vos maisons, apporter à vos familles et à vos communautés joie et bonheur, paix et prospérité. Qu’elle puisse aussi, dans le même temps, renforcer l’esprit de fraternité entre tous.
Conjointement à l’expérience d’avancées sans précédent dans de nombreux domaines, nous vivons à une époque où les efforts déployés en faveur du dialogue interreligieux et interculturel, de la coopération et de la solidarité fraternelle contrastent avec l’apathie, l’indifférence et même la haine de certains religieux à l’égard des autres. Ceci est souvent causé par la non-reconnaissance de « l’autre » en tant que frère ou sœur. Une telle attitude peut découler de sentiments dévoyés, peu généreux ou antipathiques qui bouleversent et perturbent le tissu même de la coexistence harmonieuse dans la société. Face au constat de cette situation, nous estimons opportun et utile de partager avec vous quelques idées sur la nécessité pour chaque individu, en particulier chrétiens et hindous, de nous faire, où que nous nous trouvions, constructeurs de fraternité et de coexistence pacifique.
La religion nous invite fondamentalement « à voir l’autre comme un frère ou une sœur à soutenir et à aimer » (Document sur la fraternité humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune, co-signé par le Pape François et le Sheikh Ahmed el-Tayeb, Grand Imam de Al-Azhar, à Abu Dhabi le 4 février 2019). Elle nous enseigne en outre à respecter l’inviolable dignité et les droits inaliénables d’autrui, sans parti pris injustifié à l’égard de leur religion ou de leur culture. Ce n’est que lorsque les adeptes des religions exigeront d’eux-mêmes une vie conforme à leur éthique religieuse que leur rôle en tant que bâtisseurs de paix et en tant que témoins de notre humanité commune sera rempli. Pour cette raison, les religions doivent soutenir les efforts déployés par leurs adhérents pour mener une vie authentique afin de « produire des fruits de paix et de fraternité, car il est dans la nature de la religion de promouvoir […] un rapport toujours plus solidaire entre les hommes » (Pape Jean-Paul II, Message pour la journée mondiale de la paix, 1992). En soi, vivre en esprit de fraternité et d’amitié à travers un dialogue constant devrait être le corollaire naturel d’une personne religieuse, hindoue ou chrétienne.
Bien que les nouvelles négatives fassent la une des journaux, cela ne devrait pas freiner notre détermination à semer les germes de la fraternité. Il existe en effet un océan caché de bonté qui grandit et nous conduit à espérer en la possibilité de construire, avec les adeptes d’autres religions et de tous les peuples, hommes et femmes de bonne volonté, un monde solidaire et en paix. La conviction que la construction d’un monde de fraternité soit possible est une raison suffisante pour nous engager encore plus à l’édification de la fraternité et de la coexistence pacifique, en gardant « le bien de tous au cœur » (Pape François, Message aux participants à la rencontre interreligieuse de prière pour la paix à Bologne, 14 octobre 2018).
Par une heureuse coïncidence, le début de ce mois a célébré le 150e anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, « témoin remarquable et courageux de la vérité, de l’amour et de la non-violence » (Pape Jean-Paul II, Prière pour la paix au terme de la visite au Raj Ghat, Delhi, 1er février 1986), vaillant protagoniste de la fraternité humaine et de la coexistence pacifique, dont l’exemple peut nous inspirer. En tant que croyants ancrés dans nos propres convictions religieuses et soucieux du bien-être de la famille humaine, puissions-nous unir nos efforts à ceux de traditions religieuses différentes et à tous les hommes de bonne volonté et nous efforcer de faire tout ce qui est en notre pouvoir – avec un sens de responsabilité partagé – pour construire une société plus fraternelle et pacifique!
                                                                              À vous tous, une joyeuse fête de Deepavali!
Cardinal Miguel Ángel Ayuso Guixot
CONSEIL PONTIFICAL POUR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX,
C’est la fête hindoue la plus gaie, célébrée par les communautés du monde entier. Cette fête nationale célèbre le retour de Rāmā dans son royaume avec sa femme Sītā. Des milliers de petites lampes illuminent les rues et les bâtiments pour indiquer le chemin à Rāmā, qui rentre d’exil après sa victoire sur le démon Rāvana.
Comme c’est le début de la nouvelle année hindoue, les maisons et les rues brillent de mille et une guirlandes colorées, on suspend des lanternes en forme de lotus au-dessus des portes, partout on pose des bougies, on s’offre cadeaux et friandises, on porte de nouveaux vêtements pour accueillir Lakshmi, la déesse de la prospérité, on repeint les façades des maisons, on organise des feux d’artifice symbolisant la victoire du bien sur le mal…